Archives pour la catégorie La PEPS en pratique

Pour une évaluation participative et sociale

Source de stress tant pour les élèves que pour les enseignants, les évaluations occupent une place centrale dans le système éducatif français. Encore très majoritairement associées à des notes et des moyennes, ces évaluations sont aujourd’hui utilisées à des fins qui sont parfois très éloignées de leur esprit initial. Selon les circonstances, on les mobilise en effet autant pour mesurer l’acquisition de connaissances, que la maîtrise de compétences, voire pour se prononcer sur une orientation, et parfois même porter un jugement sur la qualité du travail d’un enseignant et l’efficacité d’une réforme de l’éducation.

De l’élève aux parents, en passant par l’enseignant et l’administration, l’évaluation ne laisse en tout cas personne indifférent et mérite donc qu’on y accorde toute notre attention en espérant pouvoir en limiter les effets néfastes (démotivation, sentiment d’injustice, décrochage…), et au contraire en tirer tous les bénéfices en termes d’accompagnement dans les apprentissages.

Plan de l’article

  1. Les problématiques rencontrées
  2. Les pistes de solutions pour gagner du temps
    • Abandonner “les devoirs à la maison” au profit d’activités préparatoires non-discriminantes
    • L’évaluation automatisée
    • Abandonner les évaluations notées en cours de formation au profit de véritables évaluations formatives
    • L’évaluation par les pairs
    • Les outils numériques
  3. Les pistes de solutions pour gagner en efficacité
    • L’auto-évaluation
    • L’évaluation de confiance
    • Pour une évaluation véritablement différenciée
  4. Vers une application de suivi des élèves
    • Cahier des charges
    • Principales fonctionnalités
  5. Conclusion
  6. Orientations bibliographiques

I. Les problématiques rencontrées

Bien que les pratiques en termes d’évaluation ne soient pas homogènes (en fonction des niveaux, des disciplines et des enseignants), quelques problématiques communes reviennent régulièrement dans la littérature sur le sujet :

  1. Comment éviter d’entretenir, voire de renforcer par notre système d’évaluation des inégalités socio-scolaires déjà tellement criantes au sein de l’école ? Le rapport sur l’état de l’école publié chaque année par la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) montre à quel point les inégalités sociales et territoriales entre les élèves persistent dans notre système éducatif, à un niveau d’ailleurs bien supérieur aux autres pays de l’OCDE.
  2. Comment mobiliser l’évaluation au service de la lutte contre le décrochage scolaire ? Le cercle vicieux des mauvaises notes est en effet considéré comme l’un des facteurs prépondérants de la baisse de motivation chez les élèves potentiellement décrocheurs qui, à force de s’entendre répéter qu’ils n’ont pas les bases leur permettant de progresser, finissent par abandonner.
  3. Comment parvenir à se détacher d’une évaluation trop souvent calquée sur le modèle des examens alors que les instructions officielles nous invitent à évaluer en cours de formation bien d’autres compétences que celles mobilisées lors de ces épreuves certificatives ?
  4. Comment fournir des appréciations plus denses et plus objectives (sur les copies, sur les bulletins, sur le livret scolaire) qui ne soient pas vécues par les élèves comme une sanction, ni comme un jugement, mais comme un outil au service des apprentissages et de la progression des élèves ?
  5. Comment réduire le temps de travail fastidieux consacré à l’évaluation/notation des élèves au profit d’activités permettant la mise en oeuvre d’un véritable accompagnement dans le processus d’apprentissage ? Combien d’enseignants, après avoir vu les élèves ranger leur copie au fond du sac en jetant un simple coup d’oeil à la note, ont en effet été tentés de raccourcir leur temps de correction en s’épargnant la rédaction des commentaires dans la marge ? Combien d’élèves ont ainsi raté de précieuses occasions de progresser ? Cette situation est d’autant plus désespérante que le temps de correction des copies représente en moyenne 14% du temps de travail des enseignants et peut même atteindre 15,7% du temps de travail pour les professeurs des disciplines littéraires et les sciences sociales.

II. Les pistes de solutions pour gagner du temps

Abandonner les “devoirs à la maison” au profit d’activités préparatoires non-discriminantes

Il s’agit d’un des dispositifs fondamentaux de ce qu’il convient désormais d’appeler la “classe inversée”.

Les études les plus récentes sur le travail personnel montrent en effet que les devoirs à la maison sont généralement peu rentables et renforcent les inégalités sociales entre les élèves dont les parents (ou un substitut rémunéré) peuvent assurer un suivi et les élèves qui se retrouvent seuls le soir face à leur cahier et leurs difficultés. Le travail à la maison est par ailleurs souvent mal vécu par les élèves et leurs parents car il est souvent source d’angoisse, voire de conflits au sein de la sphère familiale qui aura tendance à en faire porter la responsabilité sur l’école.

Cela ne signifie pas cependant qu’il faille abandonner toute forme de travail personnel, mais uniquement celui qui pourrait mettre en difficulté l’élève lorsque le professeur n’est pas à ses côtés pour l’accompagner. Cela revient concrètement à abandonner les exercices d’application des compétences qui composent très majoritairement les “DM” évalués.

A l’inverse, on peut judicieusement remplacer ces devoirs à la maison par des “activités préparatoires” de bas niveau cognitif qui ont le mérite de responsabiliser les élèves dans la construction et l’avancement du cours, tout en libérant du temps de transmission des connaissances en classe au profit d’activités cognitivement plus exigeantes et souvent bien plus intéressantes pour les élèves.

Concrètement, je demande par exemple à mes élèves de Seconde de regarder une courte vidéo sur les Grandes Découvertes en complétant un questionnaire qui me permet de les accompagner dans l’acquisition des connaissances essentielles du cours. Après m’être assuré de la maîtrise de ces éléments en début de séance et avoir répondu à d’éventuelles questions, il nous est alors possible d’envisager ensemble une tâche complexe (de préférence différenciée) centrée autour d’un aspect plus précis des connaissances et/ou de compétences particulières.

Si les activités préparatoires ne sont pas systématiquement notées, la plupart des élèves le demandent car ils les réalisent généralement avec beaucoup de sérieux et comprennent rapidement l’intérêt d’une telle démarche.

L’évaluation automatisée

Lorsqu’il est mis au service de la pédagogie, le numérique constitue un moyen extraordinaire pour gagner du temps de correction, notamment dans le cadre de l’évaluation de l’acquisition des connaissances. Les dizaines de milliers d’enseignants qui utilisent désormais quotidiennement Google Formulaire ne s’y sont pas trompés. Que ce soit pour l’évaluation des “activités préparatoires” ou pour le contrôle des connaissances en fin de séquence, l’utilisation d’un questionnaire en ligne permet d’économiser des centaines d’heures de correction et des kilos de papier.

Précisons en préalable aux esprits les plus réfractaires qu’il ne s’agit en aucun cas de remplacer toutes les évaluations par des questionnaires à choix multiples (QCM). A l’inverse, il serait absurde de s’en passer lorsque cela peut permettre de gagner à la fois en temps et en efficacité.

Encore faut-il néanmoins avoir réfléchi au préalable à cet outil pour en cerner les potentialités et les limites pédagogiques. Par exemple, l’utilisation d’un QCM permet d’aller beaucoup plus loin qu’une simple récitation pour vérifier la maîtrise d’une notion car il permet, en modifiant la formulation, de distinguer l’élève qui a appris par coeur une définition sans la comprendre de l’élève qui a véritablement compris la notion et est en mesure de la réinvestir dans d’autres contextes. Le QCM possède néanmoins des limites intrinsèques telles que la place du hasard (dont la signification statistique devient néanmoins de plus en plus négligeable quand le nombre des questions augmente).

Le tutoriel ci-joint permet de découvrir les principales fonctionnalités de Google Formulaire et du module complémentaire Flubaroo permettant d’obtenir un tableau statistique des résultats de l’évaluation :

Abandonner les évaluations notées en cours de formation au profit de véritables évaluations formatives

La plupart des enseignants ont appris à distinguer l’évaluation sommative de l’évaluation formative. Si la première est généralement placée en fin de séquence afin d’établir un bilan de la somme des acquis à l’issue d’une phase d’apprentissage, la seconde s’inscrit dans le processus de formation, à un moment où l’élève peut mobiliser différentes ressources, travailler en équipe, prendre davantage de temps, etc.

Cependant, puisqu’elles portent le nom d’ “évaluations”, ces activités font très souvent l’objet d’une notation par les enseignants qui l’utilisent d’ailleurs parfois comme un moyen de s’assurer que l’exercice est réalisé avec suffisamment de sérieux par les élèves. Ces derniers l’acceptent d’autant plus volontiers qu’ils considèrent ces exercices comme une forme de rattrapage d’éventuelles mauvaises notes en évaluation sommatives (qu’ils appellent généralement les “contrôles”).

Sauf qu’en utilisant l’évaluation formative dans cette perspective, on minimise fortement son objectif initial, à savoir celui d’accompagner le processus d’apprentissage en apportant aux élèves un retour d’informations sur leur production favorisant la confiance et la motivation nécessaires au dépassement de leurs erreurs.

Même si l’enseignant explicite systématiquement la différence entre une évaluation sommative et une évaluation formative, même s’il applique des coefficients différents à ces activités respectives, il n’en demeure pas moins qu’aux yeux des élèves et de leurs parents, l’évaluation reste une évaluation tant qu’elle est notée ! Par conséquent, elle demeure stratégiquement une évaluation susceptible d’augmenter une moyenne qui, à la fin du trimestre, sera de toute façon l’élément principal pris en compte lors du conseil de classe.

C’est pourquoi il me semble judicieux de réfléchir à l’utilisation des évaluations formatives pour se libérer progressivement des notes. S’il n’est en effet pas encore possible de s’affranchir administrativement des notes (dont la docimologie a pourtant montré depuis longtemps les limites), une désintoxication en douceur est envisageable afin de ne pas trop brusquer les élèves et leurs parents qui sont souvent les plus attachés à cette échelle. Comme le précise Alain DIGER, doyen des inspecteurs pédagogiques de l’académie d’Orléans-Tours et instigateur d’une expérimentation en cours sur l’évaluation, l’objectif n’est pas “de faire disparaître la note pour le plaisir de la faire disparaître, mais d’en promouvoir un usage raisonné pour renforcer la qualité des apprentissages”. La note sert en effet aujourd’hui “davantage aux élèves à se situer les uns par rapport aux autres qu’à identifier les points sur lesquels ils doivent concentrer leurs efforts pour progresser. Par ailleurs, la note, en exacerbant la compétition au sein de la classe, véhicule son lot de vainqueurs mais aussi de vaincus. Elle amplifie les inégalités scolaires et renforce le déterminisme social, des effets délétères dont le système éducatif français souffre exagérément” [TESTARD-VAILLANT, 2016].

Pour ce faire, il convient cependant de se doter de nouveaux outils permettant à l’élève de profiter au maximum de ces exercices afin d’engranger des conseils lui permettant de progresser et ainsi retrouver le sens originel d’évaluations résolument formatives.

L’évaluation par les pairs

Ce type d’évaluation connaît un renouveau depuis quelques années dans la dynamique des MOOC (massive open online course) qui rassemblent parfois plusieurs milliers de participants. Dans ces conditions, impossible d’envisager une correction traditionnelle des copies. Ce qui fonctionne (plus ou moins bien) dans le cadre de formations en ligne pour adultes n’est cependant pas directement transposable dans le cadre d’une salle de classe de l’enseignement primaire et secondaire.

Dans l’idéal, les concepteurs de MOOC demandent à leurs participants de corriger entre deux et cinq copies afin de favoriser la multi-correction et objectiver l’évaluation. Un tel système est néanmoins difficilement envisageable si les copies ne sont pas dématérialisées. De même, le contexte de la salle de classe n’est pas forcément favorable à ce genre de pratique. Les relations interpersonnelles risquent en effet de biaiser les corrections des élèves. Une procédure d’anonymisation des copies et des correcteurs serait donc bienvenue, ce qui demande encore une fois une organisation assez lourde.

Par conséquent, si l’évaluation par les pairs peut permettre de gagner beaucoup de temps à l’enseignant et constituer un exercice formateur pour les élèves, elle nécessite une procédure précise qui ne peut pas être improvisée. Des idées intéressantes peuvent notamment être empruntées chez les praticiens de la Twictée où l’évaluation ne donne pas nécessairement lieu à une note, mais pour laquelle les élèves-correcteurs sont chargés d’identifier des types d’erreur, puis de proposer des “Twoutils” permettant de corriger la production initiale. Ainsi, l’élève-producteurs et l’élèves-correcteur ne sont plus seulement dans un rapport d’évaluation, mais bien dans une démarche collaborative d’apprentissage.

Les outils numériques

Si les outils numériques permettent de gagner beaucoup de temps dans le cadre d’évaluations automatisées (cf. développement ci-dessus), ils peuvent également s’avérer tout aussi efficaces dans le cadre d’évaluations nécessitant des réponses complexes et rédigées par les élèves, mais aussi des appréciations tout aussi développées de la part du correcteur.

Depuis quelques années, avec notamment le développement d’assistants personnels intelligents tels que Siri ou Cortana, les solutions de reconnaissance vocale se sont largement démocratisées. Google Doc propose par exemple un outil gratuit appelé “Saisie vocale” tout à fait convaincant. Si vous souhaitez néanmoins utiliser un outil encore plus performant, il est possible d’investir quelques dizaines d’euros dans la gamme Dragon Naturally Speaking de Nuance qui permet de personnaliser l’outil à votre voix ainsi qu’à votre style d’écriture et donc améliorer ses performances au fur et à mesure des utilisations.

Grâce à ce logiciel, terminé les commentaires gribouillés dans la marge ! Il suffit désormais de lire la copie et de la commenter oralement en vous contentant d’ajouter progressivement des numéros en face des éléments corrigés.

capture

Après deux années de pratique, cette technique m’a non seulement permis de diminuer sensiblement le temps de correction des travaux d’écriture, mais je me suis également rendu compte que j’étais beaucoup plus précis et disert dans mes commentaires, formulant ainsi plus facilement des conseils et des propositions de reformulation à mes élèves.

Une fois la correction terminée, selon l’équipement de vos élèves, vous pouvez :

  • Envoyer la fiche d’évaluation aux élèves par mail,
  • Imprimer la fiche d’évaluation et la glisser dans la copie.

Dans le cas de copies rédigées directement sur un logiciel de traitement de texte (qu’il s’agisse de Google Doc, Word ou bien OpenOffice Writer selon l’équipement personnel des élèves ou des salles informatiques de l’établissement), il est également possible d’aller encore plus loin car tous ces outils sont désormais dotés de solutions de commentaires intégrés. Il n’est donc plus nécessaire de distinguer la copie de la fiche d’évaluation et vous pouvez directement dicter vos commentaires qui apparaîtront sous la forme de capsules en marge de la production des élèves. Par ailleurs, dans le cadre d’une évaluation formative, les élèves peuvent répondre à vos commentaires afin d’améliorer progressivement leur travail :

capture-1capture-2


III. Les pistes de solutions pour gagner en efficacité

Si les dispositifs précédents visaient avant tout à gagner du temps dans l’activité fastidieuse de correction, ils ne sont pas dénués d’ambition pédagogique. Que ce soit pour l’évaluation automatisée, l’abandon de la notation pour les évaluations formatives, l’utilisation d’un outil de reconnaissance vocale… l’objectif principal reste de mettre l’évaluation au service des apprentissages.

En effet, comme le rappelle Renald LEGENDRE dans son Dictionnaire actuel de l’éducation : “Évaluer, c’est comprendre, éclairer l’action de façon à pouvoir décider avec justesse de la suite des évènement. Il s’agit donc bien d’une action qui ne se limite pas à contrôler la maîtrise de connaissances et compétences à un moment donné, mais bien d’une activité essentielle inscrite dans un processus d’apprentissage permettant non seulement de valider une étape, mais aussi toujours de préparer la prochaine.

C’est dans cette perspective que les solutions suivantes ont été pensées.

L’auto-évaluation

L’auto-évaluation peut être entendue dans plusieurs sens.

Le premier qui vient à l’esprit est souvent celui qui consiste à demander à l’élève lui-même d’évaluer sa production avant que l’enseignant ne le fasse. L’intérêt pédagogique d’une telle pratique consiste à inviter l’élève à porter un regard critique sur son travail en espérant lui faire prendre conscience des éventuelles limites de sa préparation. Si cela fonctionne parfois, il n’est cependant pas rare d’être confronté à des remarques déconcertantes d’élèves sur lesquelles l’enseignant aura bien du mal à rebondir : “Je n’ai pas assez travaillé”, “Je n’avais pas compris cette partie du cours” ou encore “J’avais fait l’impasse sur cette question”. Que répondre alors d’autre sinon : “Il faudra davantage travailler la prochaine fois”

La seconde acception de l’auto-évaluation consiste à anticiper cette difficulté en demandant à l’élève de préparer lui-même son évaluation en proposant des questions et des exercices en amont. L’objectif consiste alors à le faire réfléchir sur les connaissances et les compétences attendues à l’issue d’une séquence. Cette pratique a non seulement le mérite de responsabiliser l’élève dans une démarche de co-construction des apprentissages, mais elle permet aussi de dédramatiser l’évaluation encore trop souvent vécue par certains élèves comme un piège qui serait tendu par des professeurs animés d’une constante et macabre volonté d’utiliser leur stylo rouge.

Encore faut-il trouver ensuite le bon dosage entre l’évaluation complètement préparée en amont qui risquerait ensuite de se transformer en épreuve de récitation en classe d’un devoir préparé à la maison et l’auto-évaluation qui permet de rappeler les connaissances et compétences susceptibles d’être évaluées tout en conservant une part de surprise dans le sujet donné. Tout dépend alors du niveau de classe, du degré d’autonomie et de l’avancement dans la formation des élèves.

L’évaluation de confiance

Beaucoup trop d’élèves vivent mal les évaluations et accumulent les échecs car ils ne comprennent pas leurs notes. Ceci est d’autant plus vrai dans les évaluations des tâches complexes pour lesquelles les élèves sont parfois incapables d’expliquer pourquoi ils ont obtenu 12/20 quand leur voisin n’a eu que 7/20. Comment dans ces conditions espérer les faire progresser ?

Force est de constater d’ailleurs qu’il est parfois difficile à un enseignant lui-même de justifier avec précision qu’il ait mis un point plutôt que deux à une question notée sur 3. L’expérience de l’examinateur probablement… Sauf que c’est justement cet élément implicite qui manque à l’élève pour savoir comment passer la prochaine fois de 1 à 2, voire ensuite de 2 à 3. D’où le sentiment d’injustice dramatique qui conduit au découragement des élèves : “De toute façon, avec lui, je n’aurai jamais la moyenne !”

Expliciter ses critères d’évaluation, c’est aussi un acte de formation ! C’est une tâche certes exigeante et chronophage, mais indispensable. Cela implique d’être en mesure pour un enseignant de s’interroger sur les moyens à acquérir pour répondre à un exercice et donc par conséquent d’être en mesure de les expliciter aux apprenants et d’en faire des objectifs d’apprentissage précis. Qu’il s’agisse de dispositifs par niveaux ou par ceintures, ces outils se multiplient actuellement dans les salles de classe mais entraînent des difficultés matérielles pour en assurer le suivi.

Pour une évaluation véritablement différenciée

Dans un système éducatif parfait, l’élève pourrait avancer à son rythme et n’être évalué que lorsqu’il est prêt. Si de telles expérimentations existent à l’école primaire où la gestion du temps de classe et des élèves est plus souple, dans la réalité de la plupart des classes du secondaire, il faut avancer le programme et bien souvent enchaîner les chapitres et notions à un rythme effréné.

A défaut de pouvoir revenir sur les connaissances d’un chapitre à l’issue d’une évaluation de connaissances, il devrait pourtant être envisageable d’étirer davantage le temps d’apprentissage des compétences que l’on sait indispensables pour la construction des savoirs à venir. Ainsi, on pourrait probablement éviter d’accumuler les lacunes années après années dans un système actuellement découpé en niveaux de classe où l’élève n’est pas obligé de maîtriser toutes les compétences exigées pour passer à la classe supérieure, mais où les enseignements ultérieurs reposeront bien quant à eux sur des bases supposées acquises.

Encore une fois, pour ce faire, il convient de se doter d’un véritable outil qui permette à l’élève de ne pas refermer sa copie en essayant de se persuader que le prochain devoir sera un nouveau départ, mais qui lui permette plutôt de se fixer des objectifs précis à travailler jusqu’à la prochaine évaluation dans un esprit de progression permanent.

Telles sont les ambitions de l’application de suivi des élèves…


IV. Vers une application de suivi des élèves

Afin de mettre en oeuvre les dispositifs d’évaluation évoqués précédemment, de nouveaux outils sont nécessaires. La généralisation des évaluations par compétences à l’école primaire et au collège a été accompagnée de la multiplication des applications permettant d’en suivre l’avancement. Les espaces numériques de travail (ENT) proposent quasiment tous leur solution et des logiciels complémentaires tels que SACoche sont désormais largement diffusés. Et pourtant, aucun de ces outils n’est parvenu à me convaincre après plusieurs mois de recherche, d’essais, et de bricolage.

D’où cette proposition mise à la disposition des collègues qui voudront s’en emparer, dans l’attente d’un éditeur susceptible d’en proposer une version encore plus fonctionnelle, ergonomique et adaptable. Les principales fonctionnalités de cet outil sont en effet pensées pour une utilisation dans le cadre d’un enseignement d’histoire-géographie en lycée, mais elles peuvent aisément être adaptés à d’autres cycles et disciplines.

Cahier des charges

Au fur et à mesure des essais sur les différents outils existants, j’ai construit une liste des fonctionnalités qui me semblent indispensables à la mise en oeuvre d’un système d’évaluation positive et participative.

  • Simple, ergonomique et accessible
    • L’outil doit être utilisable à la fois par l’enseignant, ses élèves, mais aussi les parents ;
    • Il doit permettre une identification simple et rapide (à partir d’une simple adresse mail, mais aussi des réseaux sociaux) ;
    • Il doit pouvoir être consulté et modifié autant sur PC, que sur tablette et smartphone ;
    • Il doit donner la possibilité aux utilisateurs de recevoir une notification (ou bien un mail) à chaque modification de son tableau de bord ;
    • Il doit être gratuit.
  • Ludique, interactif et collaboratif
    • Il doit permettre à l’élève et à ses parents d’identifier rapidement et facilement les points forts et les axes de travail d’un élève à l’aide de tableaux, graphiques et couleurs ;
    • Il a pour ambition de devenir un outil central dans la communication entre l’enseignant, l’élève et ses parents. Par conséquent, bien que l’enseignant soit le seul à bénéficier de droits d’écriture, les élèves et les parents doivent pouvoir ajouter facilement des commentaires ;
    • Il est notamment utilisé pour mieux différencier les apprentissages et ainsi aider l’élève et l’enseignant à adapter les évaluations en fonction du parcours de chacun ;
    • Par ailleurs, il doit pouvoir être utilisé par l’enseignant comme un véritable outil de diagnostic le plus objectif possible lui permettant de préparer les bulletins et conseils de classe.
  • Évolutif
    • Il doit être en mesure de s’adapter au parcours d’apprentissage individuel de chaque élève ;
    • Il a d’ailleurs pour ambition d’aider les élèves et leurs parents à prendre conscience de la progression des compétences et résultats au fur et à mesure de l’année afin de lutter contre le sentiment de dévalorisation qui précède le décrochage scolaire ;
    • Il est également possible de conserver cet outil sur plusieurs années pour permettre de suivre l’évolution des compétences d’un élève non seulement sur une année, mais aussi à l’intérieur d’un cycle ;
    • Enfin, il a pour ambition d’être suffisamment malléable pour être adapté par d’autres collègues, dans d’autres disciplines et avec d’autres compétences, en modifiant simplement et rapidement quelques paramètres.

Présentation des principales fonctionnalités de la version bêta

Dans l’attente d’une application plus professionnelle, cette première version du tableau de suivi des élèves a été construite à l’aide du logiciel gratuit et en ligne Google Sheet.

Chaque élève possède son fichier anonymisé auquel il peut accéder depuis le blog de classe.

Seul l’enseignant possède des droits d’écriture sur le fichier, mais l’élève et ses parents ont la possibilité d’y collaborer en ajoutant des commentaires directement sur le fichier (l’enseignant reçoit alors un courriel automatique l’informant d’une modification apportée au fichier).

Ce fichier est composé de plusieurs onglets :

  • La feuille de synthèse constitue la page principale. Elle se présente sous la forme d’un tableau de bord de l’élève qui permet d’identifier rapidement (à l’aide de graphiques et tableaux) les points forts et les axes de travail de l’élève. Toutes les informations sont automatiquement mises à jour à partir des informations recueillies sur les autres feuilles au fil des évaluations. 

tableau-de-bord

On y trouve notamment :

    • Un graphique de suivi des activités préparatoires ;
    • Un graphique de suivi des évaluations de connaissances ;
    • Un graphique de suivi des compétences liées aux exercices type-bac (composition et étude critique de documents dans le cadre de cette fiche de suivi créée pour l’histoire-géographie en niveau lycée) ;
    • Un graphique de suivi des autres compétences travaillées en classe ;
    • Un graphique représentant le nombre d’activités de remédiation et de valorisation réalisées (avec un objectif ciblé de 10 activité par trimestre).
    • Un tableau de synthèse des appréciations trimestrielles. Quelques jours avant le conseil de classe, chaque élève est en effet invité à compléter ce tableau en analysant lui-même ses résultats. Une discussion peut alors s’engager avec l’enseignant afin de proposer une appréciation co-construite et ainsi mieux comprise et acceptée par l’élève.

capture-3

  • La feuille de suivi des évaluations des activités préparatoires permet d’identifier rapidement les résultats chiffrés et automatisés des activités préparatoires réalisées en autonomie. S’agissant d’activités notées, la note de l’élève est systématiquement associée à la moyenne du groupe. Une colonne “remarques” permet de commenter ponctuellement ces résultats afin de féliciter l’élève ou lui conseiller des activités de remédiation.

activites-preparatoires

  • La feuille de suivi des évaluations de connaissances fonctionne exactement sur le même principe que la feuille précédente.

connaissances

  • La feuille de suivi en cours de formation permet de mettre en oeuvre les principes de l’évaluation formative développés précédemment dans cet article. Il s’agit d’assurer un suivi des exercices et activités réalisées en cours de formation par l’élève afin d’atteindre ses objectifs individuels fixés entre chaque évaluation sommative. Nous conservons ainsi une trace du parcours d’apprentissage de chaque élève afin de l’accompagner au mieux dans sa progression. Il existe deux possibilités pour compléter ce fichier :
      • Directement par l’enseignant, en classe, qui peut ajouter des remarques au quotidien lorsqu’un élève réalise un exposé, s’investit particulièrement dans une activité ou à l’inverse se fait remarquer pour des bavardages, oublie son matériel…
      • Sur proposition de l’élève qui demande un exercice facultatif pour s’entraîner ou bien réalise une activité complémentaire (quiz de révision, fiche de synthèse sur une notion, plan détaillé de composition…) à mutualiser avec les autres élèves.

suivi-cours-de-formation

  • Les feuilles de suivi des évaluations par compétences sont les éléments qui nécessitent le plus d’adaptation d’une discipline à l’autre, voire d’un enseignant à l’autre. L’exemple disponible sur ce fichier bêta concerne la composition et l’étude critique de documents en histoire-géographie. Elles s’organisent de la façon suivante: 
      • A chaque fois qu’un élève réalise une composition en situation d’évaluation sommative, sa production est corrigée à partir d’une grille de compétences qui lui permet de se situer sur une échelle à 3 niveaux (aussi appelées ceintures). Ainsi, il lui est possible de progresser étape par étape en fonction de son niveau de départ, en connaissance des critères d’évaluation, et en visualisant directement ce qui est attendu de lui pour atteindre le niveau suivant.
      • Pour valider un niveau, le professeur ajoute simplement le chiffre “1” et la case correspondante se colore automatiquement en vert. Lorsque le niveau n’est pas atteint, il lui suffit d’ajouter le chiffre “0” et la case se colore alors en rouge. La colonne “remarques et conseils” lui permet de commenter la copie au fur et à mesure de la lecture (notamment à l’aide d’un logiciel d’assistance vocale pour gagner encore plus de temps).
      • A l’issue de la correction, l’enseignant est invité à remplir un tableau de synthèse pour guider la rédaction de son appréciation générale (points forts, limites, objectifs pour la prochaine évaluation…).
      • Il peut alors soit imprimer ce document (format A4) afin de le glisser dans la copie de l’élève, soit l’envoyer directement par mail à l’élève.
      • Il convient également de noter l’existence d’un quatrième niveau de compétence qui n’est pas défini à l’avance par l’enseignant mais qui peut permettre à des élèves de dépasser les attentes d’un niveau de Terminale et ainsi les inviter à faire preuve d’autonomie en leur laissant un espace de liberté pour approfondir leurs activités.
      • Enfin, une feuille de suivi des compétences par exercice permet de suivre l’évolution évaluation après évaluation et d’illustrer visuellement la progression de l’élève au fil des entraînements.

compo

Cet outil a ensuite pour ambition d’être appliqué de la même façon pour d’autres exercices en fonction des disciplines et des niveaux de classe. Par ailleurs, une autre feuille permettra à l’élève de solliciter une validation d’autres compétences mentionnées dans les instructions officielles (pratique de l’oral, utiliser les TIC, mener à bien une recherche, etc…).


Conclusion

L’outil proposé est actuellement en phase de test. Un bilan de l’expérimentation sera réalisé d’ici quelques mois à partir de témoignages d’élèves et de parents afin d’en proposer une version plus élaborée. L’idéal serait cependant de pouvoir élargir l’expérimentation en proposant d’autres modèles de feuilles de suivi de compétences adaptées à un maximum de disciplines, de niveaux et d’exercices. N’hésitez pas à proposer et mutualiser les vôtres en me contactant via les réseaux sociaux ou bien en utilisant le formulaire de contact de ce blog.


Orientations bibliographiques

  • Laurent FILLION, “Évaluer par paliers : pourquoi ? Comment ?”, sur le blog Peut mieux faire, 6 juillet 2016 [consulté le 03 août 2016].
  • Stéphanie FIZAILNE, “Classe inversée : Évaluer pour mieux apprendre, in Le Café Pédagogique, 07 juillet 2015 [consulté le 03 août 2016].
  • François JARRAUD, “Clic 2016, Quand la classe inversée réinvente l’évaluation”, in Le Café Pédagogique, 07 juillet 2016 [consulté le 03 août 2016].
  • Lucie MOTTIER-LOPEZ, Évaluations formatives et certificative des apprentissages, Enjeux pour l’enseignement, Editions de Boeck, 2013.
  • Jean-Pierre NOSSENT, « Évaluation ou contrôle, repères pour l’éducation permanent », in Analyse de l’IHOES n° 63, 15 mars 2010 [consulté le 03 août 2016].
  • Georgette NUNZIATI, “Pour construire un dispositif d’évaluation formatrice”, in Cahiers Pédagogiques, n° 280, janvier 1990 [consulté le 03 août 2016].
  • Laurent LESCOUARCH, « Quelle évaluation pour quelle pédagogie ? », sur le blog Psychologie, éducation & enseignement spécialisé, septembre 2007, [consulté le 03 août 2016].
  • Olivier REY et Annie FEYFANT, “Evaluer pour (mieux) faire apprendre”, in Dossier de veille de l’IFE, n° 94, Septembre 2014 [consulté le 03 août 2016].
  • Philippe TESTARD-VAILLANT, “”Comment mieux évaluer le travail des élèves ?”, in CNRS, Le Journal, 18 mai 2016 [consulté le 03 août 2016].
Publicités

Communiquer pour mieux impliquer élèves et parents

Comme beaucoup d’enseignants, je me suis emparé depuis quelques années des réseaux sociaux pour communiquer avec mes élèves. Depuis trois ans maintenant, une page facebook Historicophiles me permet de relayer les nouveaux articles du blog, mais aussi différentes ressources (articles, vidéos, actualités internes à l’établissement…) que je souhaite porter à la connaissance de mes élèves et qui peuvent leur être utiles pour approfondir le cours, leur culture générale, ou pour organiser leur scolarité au quotidien.

A chaque rentrée, la liste des abonnés s’allonge car de nouveaux élèves entrent dans ma salle de classe et rejoignent la communauté virtuelle qui n’est certes pas obligatoire mais qui permet néanmoins d’obtenir des informations complémentaires, utiles et différentes. A l’inverse, les anciens ne quittent pas forcément le groupe et continuent à suivre l’actualité du cours d’histoire même après le lycée.

Or, depuis la rentrée 2014, j’ai constaté une évolution dans l’utilisation de cet outil :

  1. Les élèves de Seconde se sont moins inscrits que les années précédentes,
  2. A l’inverse, d’autres membres tels que des collègues, des parents ou des partenaires locaux nous ont rejoint.

Au moment de faire le bilan annuel, je me suis aperçu que mes élèves n’évoquent presque jamais ce prolongement virtuel du cours, même lorsqu’ils l’utilisent. Par ailleurs, je suis quasiment le seul à alimenter le fil d’information. Lorsqu’un élève a une idée de publication à partager, il me l’envoie généralement par message privé et me place ainsi automatiquement en situation d’auteur quand le rôle des élèves se limiterait à celui de consommateur agissant ponctuellement par l’intermédiaire d’un « like« , voire d’un commentaire.

Faut-il dès lors envisager une fermeture du groupe ? Faut-il changer d’outil ? De méthode ? Telles sont les questions que je me suis posées tout au long de cette année en espérant trouver des réponses dans une bibliographie quasiment inexistante. Nombreux sont les enseignants à utiliser Facebook et Twitter en prolongement de leur classe et pourtant, personne ne semble l’avoir réfléchi en termes pédagogiques ou bien n’ose y réfléchir publiquement. Il faut dire que le regard des collègues et de l’institution est parfois sévère : confusion entre espace professionnel et espace privé, utilisation d’un outil commercial dans le cadre d’une mission de service public, dilution du temps de travail des enseignants… Telles sont les réticences parfois justifiées qu’il convient d’étudier.

Pour ma part, dans le cadre de la pédagogie participative et sociale (PEPS), ma principale question consiste à me demander si la mise en oeuvre d’un système de communication périscolaire peut constituer un outil de lutte contre le décrochage et de meilleure implication des élèves et des parents dans une perspective de réussite collective.

Blackboard-Brooch

Quels sont les enjeux et objectifs d’un système de communication périscolaire ?

Avant toute chose, il convient de fixer avec précision les objectifs pédagogiques d’un tel dispositif afin de choisir les meilleurs outils disponibles et fixer leurs paramètres d’utilisation. Cette réflexion préalable est indispensable afin de ne pas sombrer progressivement dans l’émerveillement technologique au détriment des objectifs pédagogiques.

Diffuser de l’information complémentaire au cours

D’un côté, les enseignants se plaignent régulièrement du manque de culture générale de leurs élèves ; De l’autre, les élèves reprochent souvent aux enseignants de diffuser un savoir trop déconnecté de la réalité et de l’actualité.

Les deux parties n’ont pas forcément tort. La culture générale est l’un des principaux marqueurs des inégalités sociales face à la réussite scolaire. Certains ont la chance de naître dans une famille où l’on accompagne le développement culturel de l’enfant en lui proposant des lectures, des films et des sorties culturelles qui se nourrissent mutuellement et contribuent à forger un socle culturel qui finit par s’auto-alimenter. A l’inverse, d’autres devront se contenter du « socle commun de connaissances et de compétences » proposé par l’Education nationale qui n’a que très tardivement et difficilement intégré la notion de « culture ».

Mais il est aussi vrai que l’intégration de références culturelles récurrentes et diversifiées dans le cours est un exercice encore trop rare, soit par manque de temps au regard de la lourdeur des programmes, soit par manque de réflexe et par crainte de diluer le message initial.

Nous sommes donc actuellement dans une situation de frustration culturelle mutuelle alors que l’attente semble être partagée tant du côté des enseignants que des élèves.

L’une des solutions mises en place cette année dans ma classe a été de proposer des séances d’AP (accompagnement personnalisé) consacrées à l’actualité. Ponctuellement, mes élèves pouvaient ainsi m’envoyer des articles qui les avaient interrogés afin que je puisse ensuite en classe en proposer une lecture systématiquement reliée au programme d’histoire, de géographie ou d’éducation civique, juridique et sociale (ex-EMC).

Ces séances ayant été plébiscitées par mes élèves, il m’est apparu utile de les systématiser via les réseaux sociaux afin de les intéresser à l’actualité, tout en leur montrant que les enseignements qu’ils reçoivent en classe leur fournissent des clefs de compréhension du monde qui les entoure. Ainsi, non seulement je contribue à leur formation citoyenne, mais je tente aussi de renforcer leur intérêt pour le cours.

Raccrocher les « orphelins de 16h »

Je n’aime pas du tout cette expression qui a été instrumentalisée dans des débats politiciens, mais il faut reconnaître qu’elle est efficace pour illustrer l’inégalité qui se creuse entre nos élèves une fois qu’ils ont passé le portail de l’école. Certains sont accueillis par leurs parents qui les accompagnent dans la gestion du temps extrascolaire, quand d’autres sont pris en charge par des sociétés privées de soutien ou bien abandonnés dans une autonomie plus ou moins bien vécue.

L’école ne peut certes pas remédier seule à cette fabrique sociétale des inégalités, mais elle peut néanmoins se donner les moyens d’en limiter les effets. A ma modeste échelle, je ne parviens pas à accepter l’idée qu’un élève qui a envie de réussir puisse en être empêché et se décourager car ses parents n’ont pas les moyens culturels, matériels et/ou financiers de le soutenir.

Par conséquent, non seulement il me semble important de mener une réflexion sur la nature et l’organisation du travail à la maison (voir l’article sur ce thème sur le site de la PEPS), mais il convient également de mettre à disposition de l’élève des outils lui permettant de solliciter une aide.

Encourager la solidarité et l’engagement des élèves

Le professeur n’étant pas forcément disponible 24h/24, il est important que les élèves comprennent que ces outils n’ont pas pour ambition de leur apporter une réponse systématique et immédiate de la part de l’enseignant.

En revanche, c’est l’ensemble de la communauté virtuelle qui peut se mobiliser pour tenter de trouver une solution, sous le regard bienveillant de l’enseignant qui pourra ensuite valider, infirmer ou préciser les propositions des autres élèves.

Valoriser les élèves

Il est dès lors important à mon sens de valoriser cet engagement et cette entraide entre les élèves non pas seulement pour encourager le fonctionnement de la communauté, mais aussi parce que le principe de coopération est clairement inscrit dans le socle commun de l’école et qu’il s’agit donc d’une compétence que les enseignants doivent encourager.

Mes élèves peuvent donc obtenir des points supplémentaires par cet intermédiaire et ainsi le professeur valorise l’engagement personnel tout en renforçant la cohérence collective des classes.

Par ailleurs, ces outils de communication peuvent aussi être utilisés pour diffuser des productions d’élèves particulièrement remarquables et ainsi valoriser publiquement leur investissement autrement que par une note chiffrée.

Favoriser une autres forme de communication avec les élèves

Cette dimension de la communication à distance est d’ailleurs l’un des aspects que je n’avais pas du tout anticipé au début de l’utilisation des réseaux sociaux avec mes élèves. Très rapidement, j’ai reçu des messages de la part de mes élèves qui n’auraient probablement jamais existé autrement. Souvent, il s’agit d’une réaction « à chaud » après un cours ou bien d’une question périphérique du sujet que nous venons d’aborder en classe.

Par timidité ou parce que le déroulement du cours ne permet pas toujours de poser une question, certains élèves préfèrent envoyer un message quelques minutes ou quelques heures plus tard. Une discussion plus personnelle se met alors en place et donne souvent l’occasion au professeur de féliciter l’élève pour cet intérêt et l’encourager à poursuivre dans ce sens, ce qui n’aurait pas toujours été possible dans un autre contexte.

Impliquer les parents

Une telle communication est cependant encore plus difficile avec les parents qui, passé l’école primaire, perdent l’habitude de venir discuter régulièrement avec les enseignants plus nombreux et moins accessibles.

A mon sens, cette situation conduit à de très nombreuses incompréhensions qui dégénèrent parfois en conflits ouverts. C’est pourquoi je suis persuadé que nos salles de classe devraient être plus ouvertes aux parents (et à d’éventuels autres intervenants) afin de renforcer la place de l’école dans notre société. A défaut, il nous faut au moins réfléchir à de meilleurs moyens de communication en intégrant les parents aux dispositifs mis en place avec les élèves.

Contribuer à l’éducation aux médias

Enfin, les événements tragiques du mois de janvier 2015 nous ont montré que l’une des sources principales d’information des jeunes passe par les réseaux sociaux, avec toutes les limites que cela entraîne en termes de diversité et de confrontation de l’information puisque les algorithmes de ces outils sont souvent paramétrés pour donner à lire ce qui conforte l’utilisateurs et ainsi l’inviter à rester connecté le plus longtemps possible.

Prolonger le cours avec des moyens de communication modernes, c’est aussi contribuer à enrayer un peu cette machine en proposant à nos élèves des éléments permettant d’exercer leur esprit critique sur les sources d’information et les outils qu’ils utilisent au quotidien.

Blackboard-Brooch

Quels sont les outils à notre disposition ?

Une fois définis nos objectifs pédagogiques, il convient de faire le bilan des outils disponibles pour les atteindre et s’interroger sur leurs potentialités et contraintes.

L’espace numérique de travail (ENT)

Chaque établissement secondaire est désormais censé utiliser un espace numérique de travail qui rassemble la messagerie interne de la communauté éducative, l’emploi du temps des élèves et des professeurs, le cahier de texte des classes, des espaces de stockage en ligne, etc…

A priori, l’outil semble donc parfait pour répondre aux principaux objectifs fixés ci-dessus. Sauf que dans l’Education nationale, rien n’est jamais simple !  Si l’utilisation d’un ENT est désormais obligatoire, le choix de l’outil a été laissé à la liberté de l’autorité qui finance, à savoir les collectivités territoriales. Dès lors, d’une académie à une autre, et parfois même d’un département à un autre, voire des collèges aux lycées d’un même bassin, l’ENT n’est pas le même. A une échelle encore plus fine, chaque établissement n’a pas forcément demandé à activer les mêmes options et donc chaque administration, voire chaque enseignant, utilise un peu l’outil comme il le souhaite. Par exemple, pour envoyer un document à une classe, certains collègues vont l’ajouter dans l’emploi du temps, d’autres dans le cahier de texte, d’autres encore dans un espace de stockage collectif et enfin certains préfèrent envoyer une note d’information avec le document en pièce-jointe… Pour les élèves comme pour leurs parents, cela devient rapidement ingérable et les taux de connexion tendent à montrer que la plupart d’entre eux ne l’utilisent presque jamais.

De plus, confortées par des contrats pluriannuels avec les collectivités territoriales, les sociétés qui développent ces outils se montrent particulièrement frileuses quant aux innovations pédagogiques. Sous prétexte d’accessibilité et de simplicité d’usage, les options proposées s’avèrent souvent décevantes au regard des autres applications disponibles gratuitement sur Internet.

En bon fonctionnaire discipliné, j’applique bien entendu les instructions qui m’obligent à faire l’appel, remplir mon cahier de texte et répondre aux messages de mon administration via cet outil. Pour le reste, je me suis tourné depuis bien longtemps vers d’autres outils plus performants et réactifs.

Le blog ou site d’enseignement et l’agenda partagé

Cliquez sur l'image pour accéder à Historicophiles

Indispensable pour mettre en ligne et organiser les ressources à disposition de mes élèves (voir l’article consacré à ce sujet sur le site de la PEPS), il me permet également de mieux communiquer avec mes élèves et leurs parents :

  • D’abord parce que les élèves et leurs parents peuvent s’abonner à ce site afin de recevoir un courriel à chaque fois qu’un nouvel article est publié.
  • Ensuite, parce que j’ai intégré à ce site les agendas de chacune de mes classes qui permet à mes élèves et à leurs parents de consulter l’actualité de leur classe sans avoir besoin de se connecter à une plateforme en utilisant des identifiants qu’ils ont la plupart du temps perdus. S’ils téléchargent l’application Google Calendar, ils ont d’ailleurs la possibilité de recevoir une notification et/ou un mail afin d’être informés des événements indiqués dans l’emploi du temps.

Outil utilisé pour le blog : WordPress. Il en existe cependant d’autres tels que LeWebPédagogique, Edublogs, Overblog, Weebly… L’idée étant de choisir celui qui vous convient le mieux en fonction de vos attentes et de vos compétences techniques. 

Outil utilisé pour la gestion de l’agenda : Google Calendar. Il me permet de gérer avec un seul outil (sur PC et sur smartphone) mon agenda personnel, mais également les agendas de chacune de mes classes qui peuvent être visualisés collectivement ou individuellement. Par exemple, dans le sommaire général de mon blog, il est possible de consulter l’agenda général de toutes mes classes ; mais chaque élève peut ensuite consulter son propre agenda en allant sur sa classe (par exemple en Seconde). 

Les réseaux sociaux

Des études nombreuses et régulières montrent l’importance des réseaux sociaux chez les adolescents. Facebook, Twitter, Instagram font désormais partie de leur quotidien et, selon l’institut Ipsos, continuent à progresser en temps de connexion. Les marques l’ont bien compris et les sociétés de soutien scolaire commencent aussi à en prendre conscience en proposant de plus en plus d’applications en ligne connectées aux réseaux sociaux.

On peut (et on doit) s’interroger sur l’intérêt pour l’école d’entrer dans ce territoire un peu flou où les questions d’identité, de propriété intellectuelle et de vie privée ne sont pas encore totalement définies. Je me pose sans cesse ces questions et j’invite mes élèves à se les poser. Cependant, au-delà de ces problématiques qui invitent à bricoler sans cesse, j’en arrive toujours à la même conclusion :

  1. Tout le temps que les élèves passent désormais sur ces réseaux est potentiellement du temps en moins passé sur leurs cours, non pas par principe ou rejet de l’école, mais parce qu’ils vivent dans une société qui les invite à utiliser ces outils tant dans le domaine personnel que professionnel.
  2. En tant qu’enseignant, je préfère être à côté de mes élèves dans cet espace pour les accompagner plutôt que de les laisser entre les mains d’autres acteurs animés par des ambitions commerciales et/ou idéologiques.

Des dizaines d’autres solutions disponibles

Les éléments listés ci-dessus sont ceux que j’utilise au quotidien car ils répondent à mes objectifs et à mon utilisation personnelle des nouvelles technologies. D’autres possibilités existent mais il est plutôt déconseillé de les multiplier au risque de se laisser submerger.

Néanmoins, un autre outil pourrait s’avérer indispensable aux collègues qui ne souhaitent pas utiliser les réseaux sociaux. L’application gratuite Remind vous permet en effet d’envoyer des notifications à vos élèves et à leurs parents classe par classe. Il vous suffit pour cela de créer des groupes dans l’application et de diffuser le code de connexion de chaque classe à vos élèves et à leurs parents. Ceux-ci peuvent alors installer l’application sur leur smartphone et se connecter via ce code de connexion. Ils recevront dès lors une notification à chaque fois que vous leur adressé un message et auront même la possibilité d’y répondre.

Blackboard-Brooch

Et concrètement, comment fonctionne un système de communication périscolaire ?

Le blog Historicophiles est désormais doté de trois réseaux sociaux (une page Facebook, un compte Twitter et un compte Instagram) auxquels les élèves et les parents ont la possibilité de s’abonner :

Capture

A partir de la rentrée prochaine, mes élèves et leurs parents recevront ces deux documents (qui seront également affichés dans ma salle de classe et disponibles lors des rencontres parents/professeurs) les informant des nouveaux possibilités de communication entre élèves, parents et professeur :

T'as un pb

Coin des parents 2

L’animation de ces réseaux sociaux est prise en charge par l’enseignant qui propose d’ailleurs des rendez-vous hebdomadaires intitulés :

  • « Réviser avec l’actualité » permettant de lier les chapitres étudiés en classe avec l’actualité du moment, tout en proposant des pistes de révisions des principales connaissances et notions.
  • « Réviser devant sa télé » permettant de conseiller régulièrement aux élèves de regarder un film, une émission ou une série qui leur permet d’approfondir un chapitre étudié en classe, voire d’organiser un live-tweet pour commenter en direct l’émission.
  • « L’énigme du samedi » proposant aux élèves de partir à la recherche d’informations sur leurs programmes à partir d’un document inconnu.

Blackboard-Brooch

Et vous, comment est-ce que vous communiquez avec vos élèves ?

L’utilisation du QCM est-elle un problème ?

Beaucoup d’enseignants français sont encore opposés à l’utilisation du QCM considéré comme contradictoire avec les attentes du système éducatif. On estime en effet que l’une des priorités de l’école française consiste à entraîner nos élèves à lire et écrire pour être ensuite eux-mêmes en mesure de développer un raisonnement construit, ce que les cases à cocher ne permettraient pas. Rien n’est moins sûr à partir du moment où l’on commence à réfléchir sur cet outil afin de l’utiliser à bon escient.

La présentation ci-dessous de Marcel Lebrun et Gwénaëlle Le Mauff fournit quelques éléments de réflexion dont nous proposons une synthèse et des adaptations dans le cadre de la pédagogie participative et sociale :

Blackboard-Brooch

Quels sont les avantages ?

  • L’objectivité : la pratique du QCM supprime les biais de l’évaluation.
  • La rapidité : certains outils disponibles sur Internet permettent désormais de créer gratuitement un QCM en seulement quelques minutes et de corriger des questionnaires en temps réel. Le gain de temps pour l’enseignant se chiffre en centaines d’heures par année.
  • Le diagnostic : certains outils d’évaluation par QCM permettent désormais aux correcteurs de recevoir des statistiques de réussite de ses élèves par question. Il devient dès lors possible de cibler rapidement les points nécessitant une remédiation.
  • La diversité des QCM : chaque exercice permettant d’évaluer une compétence particulière (vrai ou faux, questionnaire à choix unique, questionnaire à choix multiple, questionnaire processus, questionnaire à appariements, questionnaire d’ordonnancement, phrases à compléter etc.)

Blackboard-Brooch

Quels sont les inconvénients ?

  • Le risque de fraude : bien que la plupart des outils disponibles propose un classement aléatoire des réponses, voire des questions, il est difficile d’empêcher les élèves d’avoir parfois le regard porté sur l’écran du voisin.
  • La tentation du détail : au moment de la réalisation des QCM, l’enseignant peut être tenté de poser les questions sur des éléments précis de la leçon (date, formule, etc.) plutôt que de valider la compréhension globale du cours.
  • Le hasard : lorsque quatre solutions possibles sont proposées, il peut arriver qu’un élève ait parfois de la chance et réponde correctement par hasard. Un nombre suffisant de questions (au minimum 10) permet d’éviter cet écueil.
  • Les limites intrinsèques de l’outil : le QCM permet d’évaluer l’acquisition de connaissances, la compréhension d’une leçon, l’analyse d’un document, voire l’ordonnancement d’idées, mais il ne permet pas d’évaluer la rédaction, l’esprit de synthèse, l’invention de solutions nouvelles, etc. C’est un outil parmi d’autres.

Blackboard-Brooch

Quelle utilisation dans le cadre de la pédagogie participative et sociale ?

  • Règle n° 1 : Le QCM ne saurait être un mode d’évaluation exclusif. Il peut cependant s’intégrer en complément d’autres modes d’évaluation écrits et oraux. Les QCM peuvent en revanche être autant utilisés dans le cadre d’une évaluation diagnostique, formative, ou bien sommative.
  • Règle n° 2 : La consigne de l’exercice d’être claire (type d’exercice, choix unique ou multiple, etc.) et le barème doit être indiqué (pénalité en cas d’absence de réponse ou bien de réponse fausse ?).
  • Règle n° 3 : Il est possible de proposer aux élèves des QCM de préparation permettant de les accompagner dans leurs révisions en fléchant les éléments essentiels à retenir. Assez rapidement, les élèves peuvent aussi proposer leur propre QCM de révision à mutualiser avec l’ensemble de la classe.

En somme, l’utilisation du QCM ne vise pas seulement à évaluer l’élève, mais aussi à l’accompagner dans son apprentissage, à le rassurer en lui proposant des outils d’entraînement,  et à l’encourager à travailler en équipe en mutualisant les outils de révision.

Blackboard-Brooch

Des propositions d’outils

  1. EvalQCM : facile à utiliser, il vous permet d’inscrire en quelques minutes vos élèves par classe. Ces derniers se verront alors attribuér des QCM pour un temps d’évaluation bien défini. À l’issue de l’évaluation, ils reçoivent directement leur note et peuvent consulter la correction. L’enseignant reçoit de son côté un fichier Excel avec les notes de ses élèves et les statistiques de réussite à chaque question. Hélas, il n’est pas possible de stocker plus de 20 QCM en ligne et les types d’exercices sont assez limités.
  2. Claroline : permet de dépasser les limites du précédent outil, mais nécessite un téléchargement qui n’est pas toujours possible dans les établissements.

Quelle place pour le travail personnel ?

La question du travail personnel a fait l’objet d’études récentes dans le cadre de la réflexion sur sa suppression à l’école primaire. En revanche, encore trop peu d’études sont consacrées à ce sujet pour l’enseignement secondaire. Deux documents nous permettent pourtant d’y réfléchir dans le cadre de la pédagogie participative et sociale :

  • L’ouvrage de Patrick Rayou : Faire ses devoirs. Enjeux cognitifs et sociaux d’une pratique ordinaire (Presses universitaires de Rennes, 2009).

51uYkWtBSZL

Capture

Que nous montrent ses études ?

  1. D’abord, que les élèves consacrent peu de temps au travail personnel (une heure en moyenne par jour).
  2. Ensuite, que ce travail est généralement peu rentable. En effet, il consiste pour la plupart des élèves à relire leur cours ou à essayer de l’apprendre par cœur. Rares sont ceux qui réalisent des synthèses et fiches de révision leur permettant d’accompagner le processus d’apprentissage. Quant aux exercices d’entraînement pour mettre en application les connaissances acquises durant le cours, ils sont généralement réalisés jusqu’à ce que l’élève rencontre une difficulté et décide d’attendre la correction.
  3. L’usage des réseaux sociaux et des outils numériques (pour écouter de la musique, regarder des séries, etc.) continue à gagner du terrain sur le temps de travail personnel des élèves.
  4. Enfin, le travail réalisé à la maison renforce les inégalités sociales entre les élèves dont les parents peuvent assurer un suivi et les élèves qui se retrouvent seuls le soir face à leur cahier et leurs difficultés.

Ce travail est par ailleurs souvent mal vécu par les élèves et leurs parents car il est synonyme d’angoisse lorsqu’un exercice pose des difficultés. De plus, il suscite de nombreuses frustrations lorsque le professeur consacre finalement peu de temps en classe à sa reprise ou sa correction.

Blackboard-BroochQuelles solutions envisager ?

Beaucoup de professeurs considèrent à tort que la classe inversée consiste schématiquement à externaliser l’acquisition des connaissances à la maison pour réserver le travail d’apprentissage et d’entraînement à la classe. Or, cette stratégie serait vaine si elle était mise en œuvre systématiquement. Seules quelques parties de la leçon peuvent donner lieu à une telle inversion.

L’un des objectifs de la pédagogie participative et sociale (PEPS) consiste plutôt à chercher des solutions pour rentabiliser le travail personnel sans trop l’alourdir et surtout sans mettre en difficulté les élèves qui n’ont pas forcément un adulte à leur disposition à la maison pour répondre à d’éventuelles questions.

C’est pourquoi le travail personnel dans le cadre de la PEPS ne consiste jamais à donner des ressources brutes à apprendre sans accompagnement ou des exercices d’application de la leçon. Il est plutôt préférable d’accompagner les ressources à travailler d’un questionnaire qui va permettre à l’élève d’être guidé dans son apprentissage et de l’aider à sélectionner les informations importantes à retenir.

Pour plus d’interactivité, il est par exemple possible d’accompagner une ressource vidéo d’un formulaire Google permettant au professeur de recevoir un fichier informatisé avec toutes les réponses des élèves. Ainsi, il lui est plus facile de repérer les élèves qui n’auraient pas fait leur travail et de sélectionner directement les réponses qui nécessitent une remédiation. Par ailleurs, l’usage d’un formulaire informatisé permet d’accompagner l’outil d’un lien pour solliciter l’aide de ses camarades via un forum.

Quoi qu’il en soit, il est important que tout travail personnel donne lieu à une reprise en classe afin de s’assurer que tous les élèves ont bien compris les éléments à retenir et qu’ils peuvent donc désormais se consacrer en classe à des activités complexes.

Comment donner du PEPS à son cours ?

Cet article se présente comme un mode d’emploi simplifié permettant de construire rapidement une séquence utilisant la pédagogie participative et sociale (PEPS).

Etape 1 : construire le plan de la séquence et identifier les connaissances à partir notamment des programmes et des ressources sur Eduscol.

Etape 2 : sélectionner les parties du cours qui peuvent faire l’objet d’un enseignement en autonomie

Plusieurs critères permettent de sélectionner ces parties :

  • Elles sont relativement simples et permettent aux élèves de travailler en autonomie,
  • Elles ne nécessitent pas ou peu d’analyse et consistent généralement en un simple repérage d’informations. Toute activité susceptible de mettre en difficulté l’élève doit être réservée au temps de la classe afin qu’il puisse solliciter d’autres élèves ou bien le professeur.
  • Elles sont résumées dans un document support ou une ressource que vous pouvez mettre facilement à la disposition des élèves (vidéo, dossier du manuel, résumé de cours, etc.). Si aucune ressource ne vous semble satisfaisante, il est possible de la créer vous-même (voir la rubrique « Outils & Didicticiels »).

Etape 3 : préparer un questionnaire d’accompagnement pour guider la préparation des élèves

Donner une vidéo à regarder ou texte à lire sans accompagnement s’avère généralement peu efficace car rares sont les élèves capables de sélectionner l’information essentielle d’un document. C’est pourquoi il est nécessaire des les accompagner dans cette étape.

L’utilisation d’un formulaire Google est particulièrement intéressant car il permet au professeur de recevoir automatiquement un fichier avec les réponses des élèves. Il lui est donc possible de vérifier en quelques secondes avant le cours les éventuels élèves qui n’auraient pas fait l’exercice, mais aussi de sélectionner certaines réponses susceptibles de faire l’objet d’une reprise en classe.

Non seulement le suivi du travail des élèves est beaucoup plus précis, mais il permet également d’organiser une remédiation plus efficace lorsque le professeur s’aperçoit qu’une majorité des élèves n’a pas réussi une question précise. Quoiqu’il en soit, il est important que chaque partie réalisée en autonomie par les élèves fasse l’objet d’une reprise collective en classe afin qu’ils puissent poser d’éventuelles questions.

Précisons enfin que ces travaux en autonomie ne signifient pas forcément qu’ils doivent être réalisés à la maison. Il est tout à fait possible d’envisager une telle session en salle informatique.

Etape 4 : profiter du temps d’enseignement ainsi économisé pour consacrer davantage de temps en classe aux apprentissages

Trop souvent, les exercices d’entraînement sont réalisés à la maison car ils sont particulièrement chronophages. Grâce à la PEPS, il est possible de dégager davantage de temps pour ces activités, mais aussi pour diversifier et différencier les pratiques pédagogiques. La rubrique « Outils & Didacticiels » de ce site est notamment consacrée à présenter les différentes activités mises en oeuvre dans ce cadre.

Etape 5 : préparer l’évaluation

A la fin de chaque séance, le professeur met à la disposition des élèves une quiz leur permettant de réviser les connaissances essentielles de la leçon en vue de l’évaluation.

Etape 6 : évaluer et remédier

Cette étape fait l’objet d’un article spécifique 

L’enseignant : une espèce en voie de disparition ?

Capture
Cliquez sur l’image pour accéder au support de la communication

 

Certains collègues sont très réticents à l’idée de proposer des parties, voire la totalité de leurs cours sur le web au motif que cela constituerait un dessaisissement du pouvoir intellectuel du professeur légitimant son autorité en classe et son statut professionnel dans la société.  Pendant longtemps, j’ai été l’un de ces collègues…

Google est-il vraiment ton ami ? 

Et puis un jour, je me suis aperçu que cette croyance reposait sur une vision très éculée du métier et qu’elle était devenue complètement anachronique à une époque où les élèves peuvent désormais vérifier en quelques secondes sur leurs smartphones si la date que vient de donner le professeur est correcte.

D’où la question suivante : qu’est-ce qui retient les élèves assis pendant des heures à écouter un professeur parler d’un sujet qui n’aura probablement aucune utilité directe pour leur avenir et dont il est possible de retrouver les principaux éléments en deux clics sur le Net ?

  1. Parce que c’est comme cela que leurs parents, que leurs grand-parents, que leurs arrière grand-parents… ont appris,
  2. Parce que l’école propose une progressivité des apprentissages que les élèves ne pourraient pas mettre en oeuvre en autonomie,
  3. Parce que c’est obligatoire pour évoluer dans le système scolaire et obtenir des diplômes nécessaires dans la poursuite de leur cursus,
  4. Parce que l’école est un lieu de sociabilité d’où les élèves ne repartent pas seulement avec des connaissances, mais aussi avec des compétences sociales et une formation citoyenne,
  5. Parce que pour un certain nombre d’élèves, « apprendre » est aussi synonyme de « plaisir ».

Pour ces derniers, le travail du professeur n’est pas très compliqué. Seul ou en groupe, avec un stylo ou un clavier, avec un prof ou un livre, ils ont envie d’apprendre ! C’est pour les autres que la tâche est plus ardue et qu’il devient parfois nécessaire de justifier l’utilité de l’école.

Or, depuis quelques années, le traditionnel « A quoi ça va me servir plus tard ? » est progressivement supplanté dans le Top 10 des complaintes de l’élève par le nouveau « Pourquoi j’apprendrais toutes ces définitions alors que Google est mon ami ?« .

L’enseignant est un ingénieur pédagogique 

Face à cette évolution de l’offre culturelle, le métier d’enseignant n’a guère d’autre choix que d’évoluer face au risque de se retrouver rapidement submergé par une vague numérique. Dans un contexte de réduction budgétaire permanent, les politiques publiques ne tarderont pas en effet à proposer des formations en ligne susceptibles de remplacer plusieurs centaines de professeurs si ces derniers ne s’emparent pas eux mêmes rapidement de ces outils.

L’un des meilleurs arguments de prévention contre ce tsunami numérique est probablement apporté par Bruno Devauchelle qui a récemment proposé le concept d’ « ingénierie pédagogique » pour qualifier le travail des enseignants :

En somme, il s’agit de rappeler que le fondement du métier ne repose pas uniquement sur la transmission des connaissances, mais sur la capacité à mettre en oeuvre des stratégies d’apprentissage et une scénarisation du cours adaptées à un environnement social, à un groupe classe plus ou moins cohérent, à l’heure du cours dans l’emploi du temps, à la réactivité des élèves… C’est-à-dire à une multitude de paramètres qu’il est impossible de modéliser et systématiser par l’intermédiaire d’une machine.

Vers un accompagnement plus efficace de l’élève

L’argument défensif ne suffit pas cependant car les ressources en libre-service existent  déjà et que nos élèves ne nous ont pas attendu pour s’en emparer.

Quand j’ai commencé à enseigner en lycée, j’ai d’abord été désemparé par des élèves qui se présentaient dans ma classe avec les cours du CNED ou d’autres organismes sur le bureau. Rapidement, je me suis pourtant aperçu qu’ils n’avaient pas forcément l’intention de me piéger ou de contester mon enseignement, mais plutôt qu’ils avaient compris que le cours du CNED leur permettait d’avoir une base solide en termes de connaissances, afin de mieux profiter du temps de classe pour me poser des questions d’éclaircissement ou d’approfondissement. Or, cette stratégie s’est avérée contre-productive pour ces élèves car une partie non-négligeable du temps en classe est utilisé pour la transmission des connaissances que leurs camarades n’avaient pas forcément acquises.

Dans le cadre de la PEPS, ce temps d’enseignement ex cathedra qui constitue aujourd’hui l’essentiel du temps de classe est réduit à sa portion congrue pour dégager du temps d’apprentissage. Or, cela nécessite pour l’enseignant d’adopter une posture qui pourra paraître naturelle à certains, mais beaucoup plus difficile à concevoir pour d’autres.

  1. D’abord, il faut apprendre à se taire en classe pour laisser les élèves se concentrer sur les activités, voire se tromper en leur laissant le temps de s’auto-corriger,
  2. Ensuite, il faut accepter de ne pas apporter le même enseignement à tous les élèves, mais à intervenir auprès de groupes, voire auprès d’individus, en fonction des difficultés rencontrées.
  3. Cela signifie aussi a contrario qu’il faut apprendre à gérer une multitude de groupes en repérant ceux qui sont en difficulté, tout en ne donnant pas l’impression aux autres qu’ils sont abandonnés.
  4. Enfin, il faut réussir à mettre tout le monde au travail en évitant que des élèves ne parviennent à se reposer systématiquement sur le groupe.

Tous ces éléments sont au cœur de la PEPS et justifient le rôle essentiel de l’enseignant dans la mise en oeuvre intelligente et efficace des ressources disponibles sur le web.

Pas de révolution pédagogique sans prof 

D’ailleurs, les premiers résultats de l’utilisation des MOOCs dans le supérieur et des capsules vidéo dans le secondaire tendent à montrer qu’il était illusoire d’imaginer que ces ressources pourraient constituer à elles seules une révolution pédagogique.

La vidéo est certes plus séduisante que le livre aux yeux de certains adolescents. Elle permet parfois de réveiller la motivation des élèves… mais devient complètement inutile si l’enseignant n’est pas présent à toutes les étapes du processus d’apprentissage pour expliquer les consignes, fixer le calendrier de progression, débloquer des incompréhensions, ou bien proposer des exercices d’entraînement adaptés au niveau de chaque élève.

Comment gérer la fracture numérique ?

L’intégration d’outils numériques dans la progression pédagogique renforce-t-elle les inégalités ? La classe inversée doit-elle être réservée à des établissements privilégiés bénéficiant d’un fort taux d’équipement, ou bien d’élèves déjà équipés ? Ces questions sont importantes et méritent d’être posées car elles sont récurrentes. Néanmoins, elles témoignent à mon sens d’une inversion du problème.

La fracture numérique est une réalité aussi tangible que la fracture sociale. Ce n’est pas pour autant que l’école républicaine française a décidé d’abandonner l’éducation des  plus modestes. Au contraire, c’est une des fiertés du système scolaire français de continuer à faire fonctionner autant que faire se peut l’ascenseur social.

Non seulement la PEPS s’inscrit dans cette logique, mais elle entend également la renforcer !

Blackboard-Brooch

D’abord, il convient de relativiser les chiffres de la fracture numérique.

La dernière enquête du CREDOC sur la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans la société française montre certes que 17% de la population française n’a pas d’ordinateur et que 23% n’a pas accès à Internet à domicile, mais :

  • 100% des 18-24 ans disposent d’un téléphone mobile et 78% l’utilisent pour aller sur Internet,
  • 99% des adolescents disposent d’un ordinateur à la maison et 63% d’entre-eux sont même multi-équipés.

A de rares exceptions, les adolescents qui sont dans nos classes sont donc équipés et utilisent quotidiennement les technologiques de l’information et de la communication (TIC). Ce que l’on appelle la fracture numérique apparaît en fait à partir du moment où ils quittent nos salles de classe plus ou moins diplômés :

  • 96 % des diplômés du supérieur possèdent un téléphone mobile, contre 70 % seulement des non-diplômés.
  • La moitié des diplômés du Bac et du supérieur ont l’usage d’un smartphone, mais seuls 30 % des titulaires du Bepc et 16 % des non-diplômés disent en posséder un,
  • 62 % des non-diplômés disposent à la fois d’une ligne fixe et d’un téléphone mobile, contre 89 % des personnes issues de l’enseignement supérieur,
  • quasiment tous les diplômés du supérieur ont un ordinateur chez eux (97 %), contre une personne sur deux parmi les non-diplômés (51 %),
  • 52 % pour les non-diplômés ont une connexion Internet à domicile contre 95 % pour les diplômés du supérieur.

Il serait réducteur d’affirmer que seuls l’équipement et la maîtrise des TIC justifient ces différenciations entre diplômés et non-diplômés. Néanmoins, cet élément ne peut pas être non plus totalement écarté et c’est pourquoi l’usage des TIC dans l’apprentissage doit faire l’objet d’une réflexion.

Blackboard-Brooch

Comme le montrent les chiffres ci-dessus, la très grande majorité de nos élèves sont équipés pour suivre un apprentissage utilisant les TIC. Que faire cependant pour intégrer, sans discriminer, un élève qui n’aurait pas d’ordinateur de connexion à la maison ? 

  1. Faire le bilan numérique de la classe : lors de la première heure de cours, je fais remplir une fiche à mes élèves pour savoir s’il disposent d’un ordinateur personnel / familial, d’une connexion Internet, d’une imprimante et d’un smartphone connecté. Cela me permet de dresser le profil numérique de ma classe et d’évaluer les possibilités pédagogiques dans ce domaine au cours de l’année.
  2. Faire le bilan numérique de l’établissement : je présente ensuite les équipements et leurs modalités d’accès au sein de l’établissement (salles informatiques en libre accès, salles d’étude équipées d’ordinateurs, Internat, CDI, etc.). Cela me permet d’expliquer aux élèves que je n’exige pas d’eux d’être équipés, mais qu’ils ne pourront pas utiliser cet argument pour ne pas faire le travail demandé.
  3. Fixer des règles et délais de travail précis : s’il n’était jadis pas possible d’aller vérifier l’estomac du chien qui mangeait systématiquement les devoirs de Paul, il ne sera pas non plus possible de vérifier que l’ordinateur ou la connexion de Pierre est bien tombée en panne au moment de réaliser l’exercice en ligne. Or, force est de constater qu’à partir du moment où j’ai commencé à donner du travail en ligne, une mystérieuse force tellurique s’est abattue sur l’espace proche de mon établissement, faisant régulièrement bugger les ordinateurs de la région. Au bout de quelques mois, je me suis contraint à donner systématiquement une semaine de délai pour toute activité à réaliser en ligne en précisant que je n’accepterai plus aucune excuse puisqu’il est de la responsabilité des élèves d’anticiper une éventuelle faille technique pour se tourner  vers le matériel mis à la disposition dans l’établissement. Depuis, les fabricants de matériel informatique et les fournisseurs d’accès à Internet semblent avoir magiquement trouvé une solution au problème des pannées à répétition…